Rechercher

Qu'est-ce que le déni ?


Le déni est un mécanisme de défense du moi qui consiste à nier une perception traumatisante de la réalité extérieure... Le déni constitue un obstacle sur le chemin de l'acceptation, il empêche d'affronter ce qui est là, nous parlons de la réalité brute bien évidemment. C'est un mécanisme de défense que l'on espère faire céder comme l'on fait céder la muraille d'un château assiégé.


Mais à quoi sert le déni me direz-vous ? Et bien tout simplement à conserver son intégrité ou sa capacité de vivre avec la maladie. En gros c'est une ressource bénéfique pour la personne atteinte de pathologies. Il permet d'amadouer la douleur, de domestiquer l'angoisse et de mieux vivre avec l'idée de mort. C'est donc un mécanisme de défense nécessaire qui aide à gérer ce qui arrive et à préserver la sécurité. Tous les jours, chaque être humain normalement constitué se protège face aux agressions et intrusions extérieures. C'est un réflexe salvateur. Cette protection a pour but de gagner du temps, d'amortir le choc, de conserver une bonne image de soi, mais surtout de faire face, elle maintient la capacité de vivre.


Le seul vrai problème du déni, c'est finalement notre conception un peu trop rigide de la réalité qui pèche le plus et nous empêche de reconnaître en lui une forme que peuvent prendre les forces de vie. Cet espoir et ces forces de vies renforcent la capacité d'imagination qui est aussi partie intégrante de la réalité, au nom d'une conception trop étroite de la réalité.



Donc, je pose la question ici, en quoi ne pas vouloir être avec une personne est vivre dans le déni ? Quand cette personne ne vous a pas donné son nom de famille au bout de deux mois de tergiversations et de rencontres au cours desquelles la discussion a été le moteur ? En quoi c'est vivre dans le déni que de ne pas vouloir être avec une personne qui joue aux jeux de la provocation verbale via textos toute la journée ?