top of page
Rechercher

Je voulais vous parler de Marcelo Montecino




Marcelo Montecino est un photographe Chilien connu pour avoir capturé les évènements politiques et sociaux en Amérique du Sud depuis les années 60 jusque dans les années 90. Il est né en 1943 à Santiago au Chili. Il étudie les relations internationales à Washington, puis se met à suivre des cours de théorie de l'art à l'université du Chili pour repartir à Washington et y obtenir un master en littérature latino-américaine en 1972. Depuis 1973, il est à la fois photojournaliste et écrivain, il couvre des évènements politiques majeurs en Amérique latine tel le coup d'Etat chilien, les guerres du Nicaragua, du Salvador et du Guatemala. Ses textes et ses photographies ont été publiés dans Newsweek, Washington post, Playboy, ou le Financial Times. Il a également un passif avec les publications d'ONG internationales.




En 1981, il publie le livre "Con Sangre en el ojo ", qui dresse un panorama des sociétés latino-américaines pendant les dictatures. Il reçoit le 1er prix du concours de journalisme " Proceso - Nueva Imagen". En 2003, il est nommé pour le prix Altazor qui récompense la meilleure exposition photographique au Chili, mais c'est en 2012 qu'il le remporte avec son exposition "Irredimible", exposition qui couvre l'année décisive de 1973.




Son travail photographique est engagé dans le registre documentaire tout en restant artistique. Elle est son instrument de dénonciation et d'engagement, notamment en opposition aux dictatures chiliennes. Avec le temps et du recul son action prend une valeur épique, un sens politique profond, un aspect documentaire et historique incontestable. Aujourd'hui, Marcelo Montecino se pose en témoin de cette époque reconnue. La photographie, grâce à des engagés comme lui, a réellement joué un rôle essentiel pendant les 17 années de la dictature chilienne. A l'époque, il n'était qu'un jeune homme pour qui la photographie était un moyen de dénoncer et de s'engager, n'oublions pas que nous parlons de pays où absence de liberté d'expression, coup d'Etat, emprisonnements, disparitions faisaient parti du quotidien. C'était donc un exercice risqué. Aujourd'hui, il se pose en témoin de l'histoire, nous offrant une réalité politique, de la rue, de la violence vécue par le peuple au quotidien. C'est un photographe qui semble avoir été ignoré en France. Dans ses images, il faut y voir l'urgence de dire, l'urgence de montrer, l'urgence de voir... Avec Marcelo on apprend à travers ses clichés que le regard n'est pas toujours du côté de celui qui prend...


Voilà, c'était le dernier post de l'année 2023... Je vous donne rendez-vous en 2024 pour de nouveaux posts, de nouvelles aventures photographiques. Merci de me lire, de me suivre, et merci pour vos nombreux retours en messages privés, je les apprécie vraiment. Car j'ai moi aussi le besoin de me sentir un peu utile à travers mes écrits ! Je vous souhaite à toutes et tous de très belles fêtes de fin d'année. Rendez-vous en 2024 !



24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • stephvocoretpoulain
  • Facebook
bottom of page