Rechercher

Coup de gueule...

Dernière mise à jour : 16 janv.


Aujourd'hui je suis en colère et je compte bien le faire savoir ici. L'objet de ma colère : certaines femmes ! Après m'avoir traitée de misandre on va sans doute me traiter de sexiste ! Cela tombe bien c'est le sujet de mon prochain projet... En plus j'assume totalement absolument tous mes dires ! Donc, à bon entendeur, salut !


Soyons clairs, même les femmes les plus indépendantes et les plus féministes se sont surprises au moins une fois dans leur vie à aimer le regard conquérant des hommes sur elles. Quelle femme n'a jamais désiré être un objet soumis dans les bras de son partenaire ? Que celle-ci me jette la première pierre comme dirait l'autre ! Ces désirs sont-ils vraiment incompatible avec une quelconque indépendance ? Serait-ce une trahison à l'idée féministe ? Vraiment ? Moi je réponds : hypocrisie ! Peut-on attendre que les hommes fassent le premier pas et revendiquer l'égalité des sexes ? Là encore je réponds : manque de cohérence ! Les ambiguïtés féminines sur ces sujets sautent aux yeux dans la vie courante ou dès que l'on ouvre un pseudo magazine féminin. Selon leurs articles il faut être libre, avoir sa propre carrière, ne pas accepter de traitement dégradant de la part des hommes et dans les pages suivantes on vous explique quel régime suivre pour être la jolie petite femme au corps parfait pour Jules...! Ou quoi faire pour être la petite maman parfaite, la femme parfaite dans son attitude, comment s'abaisser à récupérer son ex, etc, etc ! COHERENCE LES FILLES ! Voilà ce que c'est qu'être féministe ! Assumer ses actes et avoir un minimum de cohérence !


La vraie question c'est : est-ce que la femme participe à la domination masculine d'une manière ou d'une autre ? On m'a toujours appris qu'il n'y avait pas de bourreaux sans victimes ! Mais est-ce que cette participation peut-être considérée comme volontaire ou est-elle le simple résultat de l'omniprésence de la domination masculine ? Mais est-ce que la soumission est nécessairement un mal si elle est assumée ? Car tout le problème est là !





Quel mal y-a-t-il à prendre du plaisir à la soumission ? A partir du moment, où je le répète, c'est assumé ! Etudier la soumission des femmes est une entreprise féministe dans la mesure où elle consiste à entendre et à prendre au sérieux l'expérience des femmes, à ne pas décider à l'avance qu'elles sont victimes, coupables, passives ou perverses. Le jeu de la victime, du bourreau et du juge...


Je vous le dis ici messieurs, vous avez le dos large ! La femme trompe, ment, est fourbe, fomente des plans machiavéliques qui lui servent pour avancer, trahit, tue, vole... Bref, là il y a une certaine égalité femmes / hommes. Nous sommes bien d'accord que la femme est capable du pire comme du meilleur au même titre que l'homme. La première incohérence du féminisme agressif c'est de vouloir absolument faire croire au monde entier que la femme est une pauvre petite chose fragile vulnérable face à l'homme tout en clamant haut et fort que la femme est l'égal de l'homme... Il faut choisir ! Soit on joue sur le statut de victime soit on joue avec les mêmes armes que les hommes.


Je suis une femme forte de caractère et forte dans ma tête, je suis féministe dans mes actions quotidiennes mais je reconnais sans complexe avoir quelques faiblesses face aux hommes. Dois-je avoir honte ? Je me sens aussi forte voir plus que les hommes sur certains points, tout en me sachant plus faible sur d'autres. Et alors ? Est-ce que cela fait que je vis mal au quotidien ? Non, je n'ai pas de complexe moi. Donc je veux qu'un homme me tienne la porte, qu'il m'invite au restaurant, fasse le premier pas, et je n'ai aucun problème à vouloir me sentir inférieure et dominée dans ses bras bien au contraire... Pourquoi ? Parce que je l'assume. Pour moi, être féministe c'est assumer ce que l'on fait quoi que l'on fasse. Etre féministe c'est avoir conscience de ses forces et de ses faiblesses, sans tenir le sexe opposé responsable de ses faiblesses ou de ses erreurs. De tous temps la femme s'est servie de ses atouts pour arriver à ses fins il n'y a qu'à lire les livres d'histoire, qu'on ne fasse pas de procès d'intention au sexe opposé. Faisons avancer les choses, changer les mentalités en assumant et en changeant nos comportements ou nos habitudes sans agressivité, ni cris de vengeance ! La petite femme frêle et fragile vous y croyez encore vous ? Moi pas.


On ne peut décemment pas accuser l'homme d'être responsable de tous nos actes dès que la société les pointes du doigt pour nous dire c'est pas bien ! Notre seule défense serait c'est pas ma faute c'est l'homme dominateur ? Vraiment ? Je suis actrice je couche avec un réalisateur pour réussir ma carrière, je réussis ma carrière et vingt plus tard je cris au viole alors que sur le moment j'ai juste accepté de céder au chantage. Pourquoi ne pas refuser et crier au scandale tout de suite ? Parce qu'aujourd'hui c'est pas bien, c'est mal vu. La culpabilité fait rejeter la faute sur l'autre. Les hommes qui abusent de leur statut pour arriver à leurs fins sont des êtres abjectes mais la femme qui accepte sans se battre, sans se rebeller, sans dire les choses au monde l'est tout autant et même d'autant plus quand elle se plaint une fois la carrière réussie... Ce sont ces femmes-là qui font perdurer le système.


Il n'y a pas d'oie blanche, que l'on parle de la femme ou de l'homme. Chacun a sa part de responsabilité. Dès lors que l'on exploite un système, pourquoi cracher dans la soupe par la suite... Au nom de la culpabilité. Quand on y retourne c'est encore pire ! Si l'homme est si machiavélique, qu'on le crie haut et fort pourquoi vouloir y retourner, pourquoi vouloir s'y frotter à nouveau ! Cohérence !! moi je peux pas !...

310 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout
  • stephvocoretpoulain
  • Facebook