top of page
Rechercher

Lui...




Les hommes parlent beaucoup des femmes tout comme ils les prennent énormément en photos... Les femmes le font un peu moins... Par pudeur ? Je ne sais pas... Mais j'ai décidé d'inverser la tendance, de parler des hommes et de les prendre un peu en photos aussi. A vrai dire, je ne souhaite pas vous parlez des hommes, mais d'un homme en particulier. Du seul homme important dans la vie d'une femme. Le seul homme important dans la vie d'une femme, c'est celui qui la touche, dans tous les sens du terme. Comme un prélude à ce deuxième volet annoncé au Don de soi. Se livrer corps et âme.


Lui est un tout. Il est surtout la jeunesse. Il est vigoureux, endurant, insatiable, ferme, beau, musclé, fort mais fragile à la fois... Il est ce que je ne suis plus, il me renvoie le reflet d'un vestige passé. Il est l'avenir qui me fait prendre conscience que je suis le passé pour ne pas dire dépassée. Dans ses bras je ne vois que mes défauts quand dans ses yeux je ne sens que son désir. Il est un rêve, mon rêve.


Les heures perdues dans ses draps me rendent vivante. Ai-je encore le temps de perdre ces heures ? Ai-je encore le droit de perdre ce temps précieux ? Est-ce perdre du temps que de goûter au fruit défendu ? Comme un juste retour d'impressions, de sensations oubliées, perdues ou inconnues. La redécouverte d'un corps ferme... Redevenir femme sous ses mains, belle et désirable, revivre par l'éveil des sens. Sa bouche humide parcourant mon corps, impudique... Recomposer avec ma nudité devant ce corps si parfait et jeune. Apprendre le plaisir, comprendre qu'il est multiple, aimer ses caresses et me perdre dans les affres du tourbillon de la vie.


Je me soustrais de ses bras à lui, l'endormi, pour sortir des draps. Le contempler des heures durant les yeux plein d'admiration et de remerciements pour tout le bien qu'il me fait sans jamais se lasser, encore et encore... Avec cette fabuleuse sensation que je suis femme, que je suis belle, que je suis vivante... Quand il dort on dirait un ange plein d'innocence, sa peau blanche, cette lumière qui vient le lécher, jalouse, de ses rayons tandis que moi, je fonds d'affection devant ce spectacle dont je ne peux soustraire mon regard. Un soupir, non pas de plaisir mais de désespoir, car l'âge me fait prendre conscience qu'il y aura une fin. Qui de nous deux se lassera le premier ? Serais-je encore femme quand l'heure de la fin sonnera ?


Pour l'heure, ma respiration est haletante car j'entrevois un léger mouvement de sa part dans ce lit, il me cherche de son bras, les draps frissonnent, l'annonce d'un moment fou et irréaliste. Sentir sa peau contre la mienne encore une fois, tressaillir ou défaillir sous ses baisers, trembler sous ses doigts, me confronter à la force de ses mains, de ses bras, et de ses reins... Vivre, et être entrainée dans le fabuleux tourbillon de la vie encore une fois comme si chaque fois était la dernière fois. Parce que c'est lui, parce que c'est nous, parce qu'il est mon tourbillon de la vie.



150 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


  • stephvocoretpoulain
  • Facebook
bottom of page